Efficacité énergétique : le rôle de l’Internet des Objets

Légende : Infographie trouvée par Frédéric Cozic le 04 février 2008 dans Illustrations. Source : webilus.fr

Notion encore peu connue qui correspond à l’extension d’Internet à des choses et à des lieux dans le monde réel, le concept reste flou et ses applications obscures. Alors, concrètement, qu’est-ce que l’Internet des objets et quelles perspectives ouvre-t-il en termes d’efficacité énergétique ? Permettra-t-il de réduire nos consommations énergétiques de façon significative? A quel horizon? Le point sur ces nouvelles technos.

Quelles perspectives ?

« Le concept reste encore confus mais ses promesses sont grandes, [l'Internet des objets] vise à donner une identité au moyen d’une adresse IP à des objets, des équipements ou encore des machines afin de les mettre en réseau et de les faire communiquer entre eux». Voici la définition proposée par Geoffrey Zbinden dans son ouvrage « L’Internet des Objets, une réponse au réchauffement climatique (Éditions du Cygne, 2010). Objets intelligents voire objets « vivants », les objets connectés ou communicants, qu’on annonce aussi comme le web 3.0, trouvent leurs premières applications dans de nombreux champs. Le Lieu du design accueille jusqu’au 23 juillet une exposition intitulée « Objet(s) » du numérique design d’un nouveau mone industriel » présentant quelques prototypes et projets dans le but affiché de mettre en avant  le rôle du design numérique dans des problématiques humaines, sociales, technologiques et économiques.

Parmi ses objets, « Efficient Home » de Mathieu Lehanneur et Attoma design pour Schneider Electric. Soit une gamme d’éléments destinés à optimiser la consommation énergétique du foyer dans l’optique d’en réduire significativement l’empreinte carbone. Selon Geoffrey Zbinden, les compteurs intelligents pourraient permettre de réduite la facture de près de 30% pour les particuliers. Le tout grâce aux informations communiquées en temps réel par ces émetteurs-récepteurs, positionnés sur des appareils électriques tels que la chaudière, le réfrigérateur, la télévision… Les capteurs assurent ainsi une veille permanente de la consommation. Les données sont ensuite consultables via internet. Identifier les appareils les plus gourmands, éviter de les utiliser aux heures pleines sont autant de comportements qui pourraient permettre de réduire la facture électrique d’un logement.

Efficent Home/ Mathieu Lehanneur, Schneider Electric

Plus globalement, des interfaces de visualisation et de contrôle (Smart Meters) remplaceront à terme les compteurs électriques traditionnels. Ils seront connectés à une plus vaste échelle par un réseau dit intelligent – c’est ce qu’on appelle le SmartGrid, un réseau de transport de l’électricité optimisé par des systèmes d’informations numériques. Selon le site www.smartgrids.eu, ce système permettrait une réduction de CO2 de 9% dans l’Union Européenne. En France, le compteur intelligent, développé par ERDF (Électricité Réseau Distribution France), s’appelle Linky et près de 300.000 compteurs sont actuellement installés dans deux agglomérations-tests : Lyon et Tours. Pour les utilisateurs, les économies d’énergie promises par ce système devraient être comprises entre 10 et 20%. La validation et la généralisation de ce type d’objets devraient être effectives aux alentours de 2017, à l’issue de l’actuelle phase d’expérimentation.

Les autres champs possibles d’application dans le développement durable

Eau, bâtiments, transports, biodiversité… : dans son ouvrage, Geoffrey Zbinden met en avant les nombreuses applications dans lesquelles l’Internet des Objets apporterait des solutions concrètes à la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre et par extension contre le réchauffement climatique. En matière d’agriculture intensive par exemple. Selon l’auteur, un réseau communiquant permettrait de détecter les fuites et d’ajuster l’irrigation en fonction des besoins et de réduire de près de 30% la consommation moyenne en eau des terres cultivées. Le secteur des transports n’est pas en reste. Des économies sont déjà réalisées grâce à la technologie Stop&Start (systèmes d’arrêt et de redémarrage automatique) et le programme d’éco-conduite à l’étude au sein de L’Europe ouvre des perspectives intéressantes. Le but annoncé est de réduire d’au moins 50 millions de tonnes les émissions de CO2. Le principe ? Des capteurs sont installés un peu partout sur le véhicule, enregistrant ainsi les gestes du conducteur, sa manière de conduire, son respect de la limite des vitesses. A l’issue d’une période donnée, l’automobiliste reçoit son bilan et se voit attribuer une note en fonction de sa bonne conduite. Le système permettrait de réduire la consommation d’essence de 15 à 20% en limitant les accélérations brusques.

D’autres expérimentations offrent aussi quelques espoirs. Le projet pilote de Moulins sur Allier mené depuis 2007 en est une démonstration : 80 logements HLM ont été équipés de capteurs communicants et permettent aux habitants de mesurer la consommation d’eau en temps réel via un site web. Ce feed-back modifie significativement les comportements puisqu’elle a permis de diminuer de 20% la consommation d’eau des occupants. Dans la même veine, en 2012, la communauté d’agglomération de Besançon mettra en place une redevance pour inciter les habitants au tri sélectif et à la réduction de leurs déchets. La facturation sera fonction du poids des déchets, mesuré par des puces RFID (“radio frequency identification”) installées sur les bacs. L’objectif à l’horizon 2014 est de réduire les déchets de 17% pour l’habitat pavillonnaire. Le coût d’une telle initiative ? Un investissement de 5 millions d’euros, dont près de la moitié subventionnée par divers organismes (dont l’Ademe), et qui devrait être amorti sur 10 ans. L’autre moitié, financée par emprunt et autofinancement, engendra un surcoût de 4€ par habitant sur l’année 2010/2011 et de 1,5 € par habitant sur les dix prochaines années. On s’en doute : ces investissements conséquents freinent en partie le développement de ce type de technologies.

« Aujourd’hui, sur la question des villes intelligentes, à chaque besoin (éclairage urbain, traitement des déchets, réduction thermique de bâtiments publics) on trouve une application. L’enjeu derrière tout ça, c’est l’interopérabilité de toutes ces applications. De plus, il faut passer du projet pilote à une échelle nationale. Cela ne me semble pas réalisable avant 2020 », précise Geoffrey Zbinden. Malgré des initiatives disparates, des investissements importants et des perspectives encore lointaines, l’Internet des Objets pourrait jouer un rôle dans la réduction des émissions de CO2 et la préservation des ressources rares. Mais les espoirs qu’il suscite ne masquent par tout à fait les inquiétudes qu’il engendre… Dès lors que le web 3.0 généralise la collecte d’informations à toutes les échelles et dans tous les domaines, comment assurer un niveau suffisant de protection des données à caractère personnel et de la vie privée ? La question est cruciale si l’on veut éviter que la préservation de l’environnement ne tourne à la surveillance généralisée, dans un cauchemar à la Big Brother où nos objets quotidiens deviendraient outils de contrôle…

En savoir plus :

Geoffrey Zbiden,  "L’Internet des Objets, une réponse au réchauffement climatique" (Éditions du Cygne, 2010)

About these ads

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s